mercredi 7 mars 2018

Juste un arbre Juste / Cédric Le Penven




Juste un arbre Juste
Texte de Cédric Le Penven
Peintures de Jean-Gilles Badaire


Ce poème part d’un dessin d’arbre nu et de la simple contemplation de cette peinture. Prétexte alors à soulever de nombreux questionnements : le temps, la conscience de soi, et sans doute la conscience de soi par l’autre, par ce qui crée un lien entre soi et le monde, entre soi et la mémoire. Finalement, il va établir un lien entre le regard et le faire, la nature comme une force de vie incroyable, comme un modèle d’être-au-monde presque parfait.
On ressent ici une importante recherche de ce qui est immuable, de ce qui fabrique le quotidien dans sa quête de sens, animé aussi par un combat contre le besoin de posséder matériellement le monde, ce que cela apporte de superficialité et de dépossession de soi finalement. C’est une recherche du beau dans ce qu’il a de simple et évident, le beau dans le dénuement total.
La poésie de Cédric Le Penven fait partie de ce que l’on appelle une poésie du quotidien, en ce qu’elle va chercher à l’intérieur de soi des liens plus profonds et plus larges avec le rapport au temps et à sa cicatrisation, le rapport au monde et à ses lignes de fuite.

Extrait
Un arbre nu, en hiver
Je voudrais aller ainsi dans le monde, visage offert aux autres, bras le long du corps
L’arbre a renoncé à entendre les paroles fielleuses qui contaminent les jours. Il les accueille comme les bourrasques d’une nuit de janvier. Il accuse, ploie, le temps de l’épreuve
Vivre a ceci de rassurant que rien ne dure, même le pire

 

Cédric Le Penven est né en 1980. Vit et enseigne dans le Sud-Ouest de la France. Auteur d’une maîtrise sur l’œuvre poétique de Thierry Metz. A publié une dizaine de livres, où se développe une interrogation du biographique dans le monde, entre réminiscences et voyages, quotidien et introspection. Prix Voronca en 2004 pour Elle, le givre, paru aux éditions Jacques Brémond ; Prix Yvan Goll pour son recueil Nuit de peu, aux éditions Tarabuste en 2016.

Jean-Gilles Badaire est né en 1951. À la fois peintre, dessinateur et écrivain, il s’est imposé comme une figure majeure en France, à la croisée de la poésie et de la peinture. Qu’il passe par la figure humaine ou la nature morte, le grand ou le petit format, son travail présente une dimension onirique propice aux vagabondages de l’âme.


Format 17 x 23 cm
Prix de vente : 21 €
ISBN : 978-2-35439-092-1

Aucun commentaire: